mercredi 12 avril 2017

John Father Misty 17



Tiens, depuis 2012, je me suis attardé sur chaque album de John Father Misty, et même à l’époque de Fleet Foxes, voire Tillman.  Il semblerait que j’attache une attention particulière à cet artiste au collier généreux. Troisième album et voilà ce que je disais du précédent :
« The night Josh Tillman came to our Apt. », « When you're smiling and astride me », « Nothing good ever happens at the goddman thristy crow » voltigent comme un bal incessant, une improbable promenade sur une route de pavés jaunes. « I Love You, Honeybear » est une épopée musicale fantastique sous des traits fabuleux d'une pop majestueuse, multicolore qui nous emmène dans le musée Elton John.
C'est bariolé, moderne, c'est un conte édulcoré où des personnages féériques dansent.
 
Le nouvel album de Father John Misty est une clémence fauve et romantique. Ça tangue et embarque, on tourne éperdu dans un slow barbapapa. Un large carquois sonore nous plante le cœur dans un paysage mirobolant et luxurieux... chœurs, violons, synthé, pedal steel.. de la pop à plein poumon posé sur un manège de nougatine.

 
Cette écriture est comme un arbre en fleur, forsythia, prunus et cerisier, des branches d'envergure fantasmagorique qui collent à l'hyper production et les arrangements puissants « The ideal husband ».

Et toujours ce fantôme Elton John 70's qui définitivement m'invite sur « Bored in the USA ».
« I love you, Honeybear » tourne et tourne sans que je puisse arrêter cette folle envolée de pollen royal.


 
Pas très loin de Middlake ou des Fleet Foxes dont il était le batteur, Father John Misty c'est aussi J.Tillman chez Fargo ou Bella Union, Joshua son prénom et son folk d'hier à pris des hauteurs légères et fantastiques.

Je ne lâche rien, je persiste et radote, cet opus 2017 est même encore plus maîtrisé, plus haut le solennel des chansons, l’orchestration, les mélodies, aucun signe de faiblesse chez songwriter lyrique et poétique de la côte Est. C’est pourtant sur la côte Ouest que vient se poser une de ses plus belle chanson, un hymne à LA.

J’aime beaucoup ce nouveau Elton John Misty.
 

Father John Misty 2017 « Pure Comedy » label : sub pop


6 commentaires:

Everett W. Gilles a dit…

Bah moi je l'aime bien FJM, surtout depuis qu'il a écrit un texte magistral sur ''Brothers And Sisters'' de Damien Jurado.
Et ses disques aussi je les aime bien.

Alors tu vas rire ... je suis à Glasgow en ce moment et j'ai pensé à toi hier soir (j'ai fait le coup à Till mais c'est au sujet d'une bière, et c'est tout aussi vrai !) j'ai vu un mec en concert qui m'a fait dire : ce gars-là c'est pour Cha !
J'ai vu par la suite que sur leur flyer les mecs du King Tuts le recommandaient à ceux qui aiment FJM. Cameron Avery il s'appelle, un ancien de Tame Impala (paraît-il)
Un peu de FJM c'est vrai, un peu de Waits jeune et une bonne pincée de lui-même : très très bon !
Si ça se trouve tu connais déjà.

charlu a dit…

Yes, j'ai déjà vu le disque de Avery ds les bacs, il est d'ailleurs annoncé comme un gars de Tame Impala, va falloir que j'écoute ça.
Je savais pas pour Jurado.. mais ça m'étonne pas, d'ailleurs et du coup ils ont été sur le même label FARGO, c'est l'époque de J.Tillman pour JFM.

Merci pour les tuyaux Evrett, sinon, Glasgow, stout ?? ou alors la seule bière ruby au monde ? ..la véritable Gordon avec les carreaux écossais bleu et vert sur la pochette :D

Till a dit…

Mais non Charlu, à Glasgow il faut boire les IPA de chez Brewdog, Punk et Hardcore.
J'ai déjà fait le coup à Everett hier. Bah ouais moi aussi je peux radoter.

Bon ton FJM, j'ai bien envie de l'aimer mais pourquoi tu cases du Elton John dans ta chronique ? Tu me ferais presque fuir.

Everett W. Gilles a dit…

Ouais j'aime bien la Punk, pour la Hardcore je suis bien trop vieux !

FJM il est très drôle, beaucoup lus drôle qu'EJ mais faut avouer qu'il y a parfois un petit truc dans la voix ... si ça peu t'énerver Till. Car oui j'ai la rancune tenace et je me souviens que vous m'aviez gonflé tous les deux avec je sais plus qui qui avait soi-disant une voix à la Doherty ... alors que pas du tout.
Branleurs !

charlu a dit…

Mais bordel, y'a pas que la voix du Elton.. y'a le piano et le lyrisme aussi, et la vision yellow brick in LA road.. bah en gros juste un océan entre les deux.
Rien à battre, je garde mon chardon écossais et le remplis de Gordon en passant "Rocket man" et "Honky chateau".

Elton vachement plus que Doherty.

Devant Hantoss a dit…

Elton, mais Till c'est évident, les début de l'Elton.
Sinon?
Le titre PURE COMEDY m'a tué tellement beau... mais "Leaving La" ... trop long, trop monotone, comme du Folk anglais et sa chanson de marins en 23 couplets... Et au moins on a la bière.
Pour l'instant quand je le apsse en entier, mon écoute s'érode même si je mène le disque j'ausqu'au bout, il y a comme un ronronnement... Alors je me remets "Pure Comedy" et me mets à y recroire!!